dimanche 30 septembre 2012

Günter Grass fait l'éloge d'un espion condamné par Israël

Décidément, Gunther Grass donne l'exemple du courage devant la soumission d'un certain monde occidental au régime sioniste et à la religion de la Shoa.

Le prix Nobel de littérature allemand, Günter Grass, persona non grata en Israël, a loué dans un nouveau poème l'"espion nucléaire" israélien Mordehaï Vanunu, ce que la presse allemande percevait dimanche comme une nouvelle provocation à l'égard de l'Etat hébreu.
Dans un nouveau recueil de 87 poèmes appelé "Ephémères", sorti ce week-end en Allemagne, le poète allemand de 84 ans considère Mordehaï Vanunu comme un "héros" et un "modèle", selon des extraits du poème "Un héros de nos jours" publiés par l'agence allemande dpa.
Ancien technicien atomiste, Mordehaï Vanunu a été incarcéré plus de 18 ans pour avoir révélé des secrets sur le nucléaire en Israël à l'hebdomadaire londonien The Sunday Times.
"Cela s'appelle un héros, qui espérait servir son pays, en apportant la vérité", écrit Günter Grass.
"Günter Grass asticote de nouveau Israël", commentait le journal populaire Bild am Sonntag, quand le Berliner Morgenpost y voyait clairement une nouvelle provocation.
Ce recueil de poèmes, qui évoque aussi l'Europe, la Grèce et une déclaration d'amour à l'Allemagne, "pourrait de nouveau donner matière à controverse avec Israël", estime également la Süddeutsche Zeitung.
C'est dans ce même quotidien, que Günter Grass avait provoqué en avril une gigantesque polémique en y publiant un poème controversé où il affirmait qu'Israël menaçait la paix mondiale en disant vouloir frapper l'Iran préventivement.
Il avait à la suite de cela été déclaré persona non grata par l'Etat hébreu.

2 commentaires:

  1. Il faudrait beaucoup plus d'hommes comme lui.

    RépondreSupprimer
  2. pourquoi certains qualifient ce poème de provocation ?! quand on croit à la liberté d'expression, et on se bat pour la préserver, alors je trouve qu'il n'y a pas raison de parler de provocation pour des êtres du temps moderne !

    RépondreSupprimer