dimanche 7 février 2016

Mouna Izzdine, une "marocaine" sioniste

Mouna Izzdine, une journaliste "marocaine" supposée "arabe et musulmane" qui voyage en Israël et qui aime ce pays, et qui se lance dans des initiatives avec des sionistes dans un projet "Beneinou" entre nous en hébreu, pour combattre les dérives "intégristes" et favoriser le dialogue avec les sionistes. Célébrée par le CRIF, Mouna Izzdine peut désormais se considérer comme une bonne auxiliaire du peuple élu.

Suite à l’article de Bernard-Henri Lévy Face à la marée noire du nouvel antisémitisme, voici ce qu’elle écrit à Arrik Delouya :

« Je viens de parcourir l’appel de BHL : je me suis toujours demandé comme lui ce qu’attendent les Musulmans de France pour s’indigner contre cette montée de l’antisémitisme, de la même façon qu’ils le font contre l’islamophobie. Ils croient que ce n’est pas le même combat, ce sont des cons! Pire, je pense que se taire, c’est déjà être complice…

Ceux qui crient au loup islamophobe oublient que c’est justement la république laïque qui les protège et leur permet d’exercer librement leur culte, mais que cette même séparation du clergé et de l’État permet de critiquer les religions et n’emmène pas en prison pour « blasphème ».

Encore une victoire du sionisme face à une nation arabe déboussolée, veule, complice, stupide, corrompue et ignare.


dimanche 12 juillet 2015

Interview de Jacob Cohen

Jacob Cohen évoque ses origines marocaines, ses premiers romans, les juifs du Maroc, les relations judéo-musulmanes, le sionisme au Maroc, le départ des juifs du Maroc, les transformations de l'idéologie sioniste, et son dernier roman De Esther à Fatima


vendredi 15 mai 2015

Jacob Cohen et Alain Soral. Conférence à Marseille

LE NOUVEAU SUPREMACISME JUIF



LE NOUVEAU SUPRÉMACISME JUIF

L’Histoire connaît parfois de ces retournements qu’on pourrait qualifier de comiques s’ils ne traînaient leurs doses de tragédies, surtout celles qui s’annoncent et qu’on s’aveugle pour ne pas les affronter.
Mais n’est-ce pas ainsi que l’Humanité a toujours fonctionné ? Depuis quand les sociétés humaines règleraient-elles leurs problèmes de manière rationnelle et avec un minimum de justice ?
Ces éléments prennent une dimension particulièrement dramatique s’agissant du peuple juif, si on veut intégrer dans cette entité tous ceux qui, chacun à sa manière et à son niveau, s’y rattachent.
Les juifs ont connu un rétablissement fantastique, inespéré. Après 10 siècles de soumissions, de harcèlements, de bannissements, d’interdictions, d’expulsions, d’assassinats, les voici soudain au faîte de leur puissance. Tout en ne représentant que 0,2% de la population mondiale, on peut dire qu’ils influencent grandement les politiques de tous les pays qui comptent. Rien ou presque ne peut se faire qui aille contre leurs intérêts. Les politiques de tous bords, en dehors de quelques extrêmes qui comptent peu, leur déroulent le tapis rouge, les caressent dans le sens du poil, les mettent au pinacle, devancent leurs moindres désirs, au mépris parfois de leurs principes fondamentaux et de leurs intérêts nationaux.
L’idéal d’Attali serait quasiment près d’être atteint : un gouvernement mondial dont la capitale serait à Jérusalem. Grâce à ses dizaines de milliers de Sayanim implantés aux plus hauts niveaux et dans les secteurs clé de la plupart des États, Israël peut plus ou moins contrôler la politique des pays occidentaux. Jamais dans l’histoire de l’humanité un pays de taille modeste n’était arrivé à étendre ainsi son influence.
Le basculement s’est fait autour de la guerre de juin 1967. Les nations arabes, qui sortaient du colonialisme, ont été laminées par une nouvelle puissance militaire stupéfiante. Israël a conquis des territoires énormes. Un nouvel empire était né. Avec cette incroyable manipulation universelle qui a fait passer Israël pour la victime et permis de resserrer les liens avec la diaspora. Le sionisme venait de réussir la vampirisation des communautés juives de par le monde. Jusqu’alors, l’idéologie sioniste ne fascinait pas les masses juives. Désormais, il y aura une force de frappe judéo-sioniste de par le monde d’une redoutable efficacité.
Israël est devenu intouchable. C’est le seul État au monde qui depuis plus de 60 ans viole impunément le droit international, occupe et annexe des territoires conquis par la force, se torche avec les résolutions internationales. Même les Etats-Unis arrêtent leurs agressions au bout de quelques années.
Depuis cette époque, le monde juif a imposé la religion de la Shoah. Journée internationale. Visites obligées des sites. Constructions de mémoriaux. Enseignement de la Shoah jusqu’en Afrique et en Chine. Lois mémorielles. Harcèlements, diabolisations et condamnations des « contestataires ».
Les élites juives ont connu une transformation radicale. Connues de tous temps pour porter les valeurs de progrès et de l’humanisme ; toujours mêlées à toutes les révolutions politiques, sociales, culturelles et philosophiques qui ont ébranlé le monde. Aujourd’hui elles sont du côté du pouvoir, du pouvoir le plus réactionnaire et impérial comme aux États-Unis (11 septembre, Irak, Iran, etc.). La France n’échappe pas à la règle.
Les historiens pourront se délecter de cette transformation fascinante. D’un « peuple du livre » en une puissance colossale, cynique, impitoyable, avide, satanique, infernale, dominatrice, cruelle. Géniale tant elle fait preuve de qualités manipulatrices exceptionnelles. Ou le génie du Mal.
Le jour où les médias se libéreront de l’emprise juive, on découvrira avec quelle cruauté et quelle maestria ces juifs venus des ghettos ont détruit systématiquement une société, un peuple, une culture, une économie, des traditions, des bâtiments, des fermes, des villages, des lieux de cultes, des cimetières, des commerces, de tout un peuple pacifique qui a eu le malheur de se retrouver sur leur « terre promise ». Et les Palestiniens continuent à payer dans leur chair, leur quotidien, les humiliations, les dépossessions, les enfermements, la domination coloniale, de juifs qui se croient tout permis parce qu’ils sont en liaison directe avec Dieu et parce qu’ils tiennent le monde par les couilles.  
Un jour on écrira le livre noir du sionisme et de la domination juive. Et je crois que même la Shoah n’y survivrait pas.
Enivrés par leur puissance sans égale, les juifs en veulent plus, ne laissent rien passer, exigent même qu’on réhabilite Israël (BHL) et qu’on le sanctifie comme au bon vieux temps.
Pendant ce temps, le sentiment de rejet monte de partout dans le monde et envahit jusqu’aux classes éclairées en Occident. Israël est sur la voie inéluctable de la délégitimation. Mais au lieu d’un examen de conscience, les juifs hurlent à l’antisémitisme. Toute attitude critique est rejetée comme antisémite.
On me demande parfois, comment un peuple aussi intelligent peut ne pas voir cette dangereuse dérive. D’une part, le pouvoir et la puissance rendent aveugle à la raison. D’autre part, il y aurait là un sentiment de revanche sur l’Histoire. Et l’idée que le malheur serait consubstantiel à leur existence. Pourtant des voix s’élèvent ici et là pour mettre en garde, de grandes voix autorisées, mais elles sont étouffées par ce gang qui veut aller de l’avant coûte que coûte. Jusqu’à la fin. Jusqu’à Massada.
La France est certainement le pays qui s’est laissé soumettre à la domination juive et sioniste. C’est une France enjuivée et sionisée. L’industrie du cinéma est contrôlée par des juifs. De même que le secteur publicitaire qui veut déjà nous imposer le parfait larbin du CRIF : Manuel Valls. Ainsi que l’industrie du spectacle. La « Justice » (sic) frappe tous ceux qui osent se lever contre eux. Et que dire des médias ? Infiltrés, influencés, dominés, manipulés, possédés par des juifs au service du sionisme. Les hommes politiques sont des carpettes à leur service. Ils servent de paillassons sur lesquels les dirigeants sionistes viennent essuyer leurs bottes maculées du sang de leurs victimes.
Le monde n’aime pas plus les juifs aujourd’hui qu’avant la seconde guerre et la création d’Israël. Et il les aimera de moins en moins. Mais on applique la dissuasion nucléaire qu’est « l’antisémitisme » pour imposer le silence. À défaut de se faire aimer, les juifs se font craindre.
Jacob COHEN
2015











vendredi 3 avril 2015

DE ESTHER A FATIMA

Nouveau roman de Jacob Cohen
Meknès, son Mellah, populeux, dynamique, contrasté. La France y a semé la graine de l’émancipation. L’après-indépendance suscite des espérances sur fond d’incertitude. Les agents israéliens travaillent au corps la Communauté, exploitent toutes les failles pour faire partir les Juifs.
C’est dans ce contexte que la petite Esther est enlevée et convertie à l’islam. Sa famille se résigne au départ. Mais Israël est loin d’être le paradis rêvé. Esther/Fatima fonde une famille exemplaire et finit par trouver la sérénité dans sa nouvelle vie.
Médecin en fin d’études, élevée dans la tradition, promise à un fiancé, assumant sa condition de jeune fille marocaine avec toutes ses contradictions, sa fille Khadija part à Paris pour un stage, et c’est l’émerveillement devant une société libre, égalitaire, jouissive et individualiste. Et une rencontre extraordinaire…
Récit émouvant de deux communautés qui depuis la nuit des temps vivent dans la peur, la défiance, l'espoir ou la résignation. L'amour est au delà des religions et des croyances, et peu importe notre appartenance, nos vies se font et se défont au gré du temps et des événements. Esther ou Fatima sont dans le pardon et à notre époque où l'actualité nous écrase de conflits et de guerre, ce récit est un beau roman d'espoir.


https://www.facebook.com/takeyourchancefr/photos/a.565636640205139.1073741828.540950292673774/613201258782010/?type=1

samedi 14 mars 2015

GOYIM DE FRANCE ! AIMEZ LES JUIFS !




GOYIM DE FRANCE ! AIMEZ LES JUIFS !
C’est un peu l’injonction hurlée de nos jours par l’establishment politique et médiatique. L’ONU va bien bientôt créer une journée universelle (au-delà de la planète Terre) à cette fin. Et chaque pays civilisé lui emboîtera le pas. La France en premier. C’est le privilège de notre pays considéré comme la fille aînée du sionisme.
Je sais bien que l’amour ne se décrète pas, mais enfin, goyim de France, faites un effort ! Pensez à ces grandes figures du judaïsme moderne ! Bernard-Henri Lévy, Alain Finkelkraut, Alexandre Adler, Roger Cukierman, Patrick Cohen, Frédéric Haziza, Maurice Lévy, Yvan Attal, Arthur, etc. Non, vraiment, ils ne vous donnent pas envie ? Et à l’international, il n’y a que l’embarras du choix : Netanyahou, Kissinger, Rothschild, Goldman, etc. Que des bienfaiteurs de l’humanité.
Je me demande d’ailleurs pourquoi nos gouvernants poussent ces cris à faire se dresser les cheveux sur la tête. Se douteraient-ils par hasard que les goyim n’aimeraient pas les juifs ou pas assez ? Ne me dites pas qu’ils pourraient les détester, ce n’est pas possible ! D’ailleurs c’est interdit par la Loi.
Ceux qui connaissent le droit me diraient qu’un tel délit ne peut pas se concevoir. Certes, si on respecte les principes généraux du droit, et si on reconnaît l’illégitimité d’une police de la pensée. Et même, ce ne serait pas commode sur le plan pratique. Enfin quoi ! La France ! Celle de la Révolution et des droits de l’Homme, de sa célèbre devise, et de sa non moins incontournable laïcité.
Sauf que ! Rien n’est trop beau pour ces citoyens à part et hors pair. Ils ont déjà fait main basse sur le monde arabe. Aucun pays arabe ne moufte devant la puissance sioniste, sauf à exprimer quelques velléités verbales sans grande portée. Et grâce à leur armée de SAYANIM, ils contrôlent quasiment la plupart des pays où ils résident.
Connaissez-vous le syndrome de Stockholm ? C’est le processus par lequel des otages se mettent à aimer leurs ravisseurs au bout d’une certain temps de captivité. On pourrait faire le parallèle avec les goyim pris en otages par les juifs, vu qu’ils ne sont plus libres de décider de leur destin, et qui devraient s’y habituer, selon le syndrome, et même y trouver leur compte.
Le hic, c’est que parmi ces goyim il y a encore quelques fortes têtes qui refusent de s’incliner et qui sèment les graines de la révolte. Le système, contrôlé par ceux que l’on devrait aimer, a beau les diaboliser par des médias aux ordres, et les faire condamner par une justice qui se prostitue, rien n’y fait.
Les juifs ont alors inventé un nouveau concept (ils peuvent tout faire c’est à ça qu’on les reconnaît) plus proche de la relation amoureuse que du droit, et qu’ils ont assimilé à de la « haine ». Parler du nombre des juifs dans le cinéma, dans les médias, dans la publicité, dans la banque, relève de la « haine ». Critiquer le dîner du CRIF idem. Parler de 2 poids 2 mesures c’est « haineux ».
Quant on évoque la « haine », on pense tout de suite aux juifs, n’est-ce pas ? Il n’y a qu’eux pour exiger d’être aimés ou ne pas être haïs. Alors pour tromper la masse, les larbins politiques et médiatiques habituels ajoutent, sans y croire, les musulmans, qu’il faut éviter de détester publiquement, enfin en principe.
Une illustration : Le journaliste ( ?) Tesson, un Français pur jus et ami des juifs, donc bien sous tous rapports, a déclaré à la télé : « Ce sont les musulmans qui apportent la merde en France ». Il ne s’est presque rien passé. Et il repasse à la télé. Il a une si bonne bouille, le Tesson.
Maintenant amis lecteurs, remplacez « musulmans » par « juifs ». Ça donnerait : « Ce sont les juifs qui apportent la merde en France ». Vous imaginez le tremblement de terre ? Regardez ce qu’on a fait à Dumas ! Et la colère du terrible Cukierman ! Et il aurait fallu réinviter Netanyahou pour que la République s’excuse !
Malgré leur place privilégiée quand même (« une France sans les juifs ne serait plus la France ». « Quand on touche à un juif c’est toute la République qui est touchée »), les juifs ne se sentent pas vraiment aimés. Bizarre, non ? Je ne peux pas croire que ce soit une tactique pour dominer encore plus sans en payer le prix. Serait-ce la terrible souffrance historique qui donnerait quitus pour tous les abus ?
Faites un geste, goyim de France. Donnez une pièce. Pardon ! Donnez un peu d’amour à ceux de nos concitoyens qui en manquent tant !
Jacob Cohen
Mars 2015

dimanche 18 janvier 2015

La France des "droits de l'homme" et du citoyen (?)

La France des "droits de l'homme" et du citoyen (?)

On n'a pas intérêt en ce moment à l'ouvrir, sauf pour singer la classe politique et ses valets, à l'image des idéologies totalitaires. Malheur à celui qui va dans le sens contraire de la marche imposé par le système! La "Justice" - en auxiliaire servile, mais en fut-il jamais autrement? - s'abat avec toute la cruauté et tout le cynisme dont elle s'enorgueillit pour assurer la pérennité d'un régime corrompu, veule, lâche, et qui s'est mis au service d'un lobby bien connu, le CRIF pour ne pas le citer, et d'une communauté portée aux nues qui a lié son destin à un sionisme conquérant sûr de lui et dominateur.

On ne compte plus les victimes de cette chasse aux sorcières qui rappelle l'Inquisition. Des enseignants suspendus ou mis à pied pour ne pas avoir reproduit fidèlement la pensée unique "cashérisée" (ayant reçu l'aval du Consistoire), la seule qui devrait avoir droit de cité. On traque le moindre dessin déviant ou le moindre propos qui pourrait avoir un double ou un triple sens. Des appels sont lancés et largement relayés par des médias peureux et complices pour détecter ceux qui ne "ne seraient pas Charlie". Bientôt cela va devenir un crime, comme la quenelle. Des journaleux liés au Lobby (juif, pour ceux qui se réveilleraient d'un cauchemar) et qui ne seraient rien sans lui, crient leur haine du musulman et appellent au meurtre sans risquer qu'un froncement de sourcils compréhensif. Toute expression humoristique ou sarcastique qui ferait de la peine à des gens qui "ont beaucoup souffert" est bien sûr bannie et punie avec la plus extrême sévérité.

Mais le plus dramatique, c'est cet acharnement judiciaire qui envoie en comparution immédiate des jeunes en prison pour avoir hurlé leur dégoût, leur impuissance devant l'injustice et les inégalités flagrantes, leur mal-être dans une France qui les rejette, les accable, et en fait d'eux des délinquants prêts à tout. Ils doivent fermer leur gueule, raser les murs, se soumettre, rentrer leur colère. Et lorsqu'ils n'y arrivent plus et qu'ils explosent - parce qu'il n'y a pas d'autre voie - les flics et l'armée les attendent de pied ferme pour les enfermer ou les abattre.

En 1983, ça paraît de la préhistoire, les musulmans ont marché dans la rue, pacifiquement, la main tendue vers leur pays d'accueil, pour demander la reconnaissance de leurs droits de citoyens et pour donner le meilleur d'eux-mêmes, dans une société libre et égalitaire.

Mais des forces obscures ne l'entendaient pas de cette oreille. Enfin obscures, c'est une façon de parler. Ce sont des forces qui avancent masquées et qui n'avaient aucun intérêt à permettre ce "vivre ensemble". Le CRIF, les BHL, les Patrick Cohen, les Frédéric Haziza, et toute la mafia judéo-sioniste, et leurs larbins, les Hollande, les Valls, les Sarkozy, ont uni leurs forces pour maintenir la communauté musulmane dans la dépendance, l'obscurantisme et l'oppression. Ils semblent avoir réussi. Le sionisme ne s'est jamais aussi bien porté. Cukierman se croit le maître de la France et Netanyahou le maître du monde.

Mais attention au réveil des peuples. L'Histoire n'est pas un film hollywoodien qui se conclut sur un "happy end" obligatoire. Le drame, c'est que les "coloniaux" ne comprennent jamais cela lorsqu'il en est encore temps. Je pense surtout aux judéo-sionistes emportés par l'ivresse de leurs victoires! Leur arrogance et leur impudence leur joueront bien des tours. De manière générale, les juifs devraient se souvenir du cynisme des dirigeants politiques qui leur a valu bien des déboires pendant des siècles.

Jacob Cohen
18 janvier 2015

mercredi 14 janvier 2015

Jacob Cohen Interview sur Charlie

1) Suite au massacre de la rédaction du journal Charlie Hebdo, l'émotion a dominé la ligne éditoriale des médias institutionnels au détriment de l'analyse. Dans votre blog vous avez choisi de rappeler que Charlie Hebdo, qui avait été par le passé un journal qui dénonçait tous les pouvoirs, s'était mué en un organe de presse agissant au profit du "lobby judéo-sioniste". Expliquez-nous votre choix?

Tout à commencé avec Philippe Val qui avait monté une opération financière pour prendre le contrôle de Charlie-Hebdo, faisant ainsi une énorme plus-value financière, avec la bénédiction au moins tacite des pouvoirs publics. Val s’était aussi rapproché à l’époque de BHL. Une amitiés qui rapporte puisqu’il avait été nommé directeur de France Inter. Depuis il avait donné des gages. Soutien absolu de toutes les lois « sociétales ». Célébrations tous azimuts de la Shoah. Condamnation sans appel du Hamas et de toute forme de résistance palestinienne. Analyse plus que compréhensive de la politique israélienne. Et surtout le dénigrement systématique de la communauté musulmane pour la stigmatiser, l’humilier, lui faire raser les murs. A ce propos je rappellerai comment Siné (un des fondateurs de Hara Kiri) s’était fait éjecter pour une formulation un peu caustique (« il ira loin ce petit ») sur la conversion au judaïsme du fils de Sarkozy pour pouvoir épouser l’héritière Darty. Pour un journal qui a une grande gueule et qui revendique une liberté totale de critique, ce n’était pas une grande preuve de liberté.

2) Profitant de la vague d'émotion planétaire, Frédéric Haziza n'a pas hésité à épingler du doigt tous ceux qui avaient osé critiquer Charlie Hebdo par le passé et faire un amalgame entre ces personnes et des actes terroristes. Si vous aviez l'occasion de vous retrouver face à lui, que lui diriez-vous?

C’est une perspective qui relève de l’utopie. Donc je lui adresserai un message indirect. F. Haziza est dans son rôle. Le fait qu’il se mue en défenseur constant de Charlie-Hebdo corrobore dans une large mesure la conviction qu’avaient les judéo-sionistes que le journal était leur allié et qu’ils pouvaient compter sur lui. Par ailleurs, c’est une de leurs constantes que de faire l’amalgame. Le raccourci « musulman-islamiste-terroriste » permet d’installer dans les esprits l’idée que décidément les musulmans en France ne peuvent ni évoluer ni s’intégrer. L’idéal en fait serait de les rendre indésirables, incompatibles, et d’en chasser le plus grand nombre. Finkelkraut a bien résumé cet état d’esprit. « L’islamisme n’est pas sans lien avec l’islam ». Donc cette religion est en elle-même problématique pour le « vivre ensemble » en France. Et l’amalgame de Haziza et d’autres tend à cet objectif ultime.

3) Certains caricaturistes dissidents, comme l'Artiste Mal Pensant, ont mis l'accent sur la responsabilité du gouvernement Hollande dans cette affaire en rappelant la laxisme lié au départ de nombreux jeunes djihadistes français en Syrie. Quelle est votre analyse à ce sujet?

Il est certain que les gouvernements français, de Sarkozy à Hollande, ont joué avec le feu en détruisant la Libye, en bombardant l’Irak, et en aidant l’insurrection armée contre le pouvoir syrien. Mais comme souvent, ces calculs ont révélé une faille. Les jeunes qui sont partis en Syrie ont reçu un entraînement qu’ils n’auraient pas pu avoir autrement. Si on prend en compte le fait qu’ils détestent l’Occident et le sionisme, qu’ils ont subi depuis une ou deux générations les discriminations et les harcèlements divers propres aux musulmans, on peut comprendre qu’ils aient envie d’en découdre. On ne peut pas généraliser ce genre de réactions, mais il suffirait de quelques-uns pour déclencher des réactions en chaîne. On peut aussi rappeler que des milliers de jeunes d’origine maghrébine pourraient, pour toutes les raisons que l’on connaît, s’inspirer de ces actions violentes. Il est dramatique de penser que pour complaire à l’Amérique et à Israël le gouvernement français mène une politique irrationnelle et dangereuse.


4) De nombreux chefs d'Etat se sont rendus le 11 janvier à Paris pour participer à la "marche républicaine". Que vous inspire la présence de Benyamin Netanyahou qui a profité de l'occasion pour appeler les juifs de France à faire leur alya?

Tout d’abord c’est un ramassis d’hypocrites, de dirigeants sans morale ni intégrité politiques. On a assisté à une mascarade qui doit certainement avoir des objectifs inavoués. On ne fait pas tout ce cinéma pour une protestation. C’était un « show » extraordinaire qui prépare l’opinion, déjà acquise, à des mesures drastiques ;
La présence de Netanyahou a apporté la touche de cynisme pour compléter le tableau. J’y vois, en dehors du fait que c’est pure abjection qu’un criminel de guerre de cette envergure soit là, une espèce de légitimation du rôle central d’Israël pour combattre « l’hydre terroriste islamique ». Et donc il ne faudrait plus l’embêter avec les aspects dérisoires de l’occupation et de la colonisation. Qu’il appelle les juifs de France à faire leur Alya montre qu’il joue la cassure en toute impunité. Il est sûr de lui. Il vient en France comme en pays conquis.

5) Les 4 victimes françaises de l'Hypercacher seront toutes enterrées en Israël. Est-ce que cela vous surprend?

Je reconnais avoir été surpris par la nouvelle, mais beaucoup moins lorsque j’ai appris les modalités par une radio sioniste. En fait, ce n’était pas la volonté des victimes. Ce sont les autorités sionistes qui ont fait pression sur les dirigeants communautaires en France pour qu’ils accèdent à cette exigence. Les sionistes évidemment prenant en charge tous les frais. Mais on peut déjà imaginer une cérémonie en grand pompe, avec les médias et les politiques, pour faire vibrer la corde sensible, le destin tragique des victimes tuées parce que juives, et la nécessité de construire un pays juif solide et invulnérable pour protéger tous les juifs du monde qui se sentiraient en insécurité. Du grand art. Goebbels peut aller se rhabiller. En matière de propagande, les sionistes ont atteint des sommets.

6) Enfin, croyez-vous qu'il sera plus difficile pour le gouvernement français de s'attaquer à Dieudonné maintenant que le thème de la liberté d'expression a été autant mis en avant à propos de Charlie Hebdo?

Je ne le crois pas. Ce serait d’ailleurs une erreur de le penser ou de l’espérer. La liberté d’expression, oui, plus que jamais. Mais la liberté dans la dignité et le respect mutuel. Surtout pas la liberté qui appelle à la haine. Vous avez vu ce que cela a donné ? Des attentats monstrueux. Vous voulez que ça recommence ? Pourquoi croyez-vous que les judéo-sionistes, dont l’inénarrable F. Haziza, ont tenté de créer un lien entre les attentats et les leaders de la dissidence ? Ça va être leur cheval de bataille. Il y a 2 choses qui ne changeront pas : le cynisme du système et le fameux « 2 poids 2 mesures ».