samedi 22 février 2020

SERVITUDE VOLONTAIRE ET MOUVEMENTS SOCIAUX


SERVITUDE VOLONTAIRE ET MOUVEMENTS SOCIAUX

Je ne reviendrai pas sur les mouvements sociaux. Depuis les Gilets Jaunes jusqu'aux manifestations diverses sur les retraites, tout a été dit, décrit, analysé. Toutes les controverses ont été mises sur la table.
Cependant, à moins que je ne me trompe et j'aimerais bien être démenti, personne n'a fait mention de la Servitude Volontaire en tant qu'élément, si ce n'est déterminant, au moins constitutif et irréfutable du débat.
Concept irrationnel ? Notion humiliante pour un peuple qui se veut instruit et libre ?
Pourquoi est-ce si incontournable ? Parce que c'est par la Servitude Volontaire que nous en sommes arrivés là, c'est-à-dire que nous sommes arrivés à la situation présente avec l'assentiment, voulu ou non, conscient ou non, de la majorité de la population.
Sans remonter à loin, démarrons aux 30 glorieuses où la société française vivait dans une harmonie et une égalité relatives. Puis vint en 1983 le tournant de la rigueur qui allait pousser la France à l'état que nous connaissons et qui est destiné à empirer. Désindustrialisation, disparition de millions de paysans et d'artisans, désindexation des salaires et des retraites, réduction des services publics (trains, hôpitaux, écoles) chômage massif, précarisation générale.
Précision importante: L'alternance n'y change rien. La "gauche" et la "droite" poursuivent implacablement la même politique. Les citoyens n'ont pas pu ne pas s'en rendre compte. Demandez à n'importe quel citoyen, sauf s'il souffre d'Alzheimer, il vous dira ce qu'il pense de la classe politique.
Alors, pourquoi se laissent-ils piéger à chaque élection?  Sont-ils si bêtes, si incrédules, si impuissants ? Une chose est sûre, on ne peut pas dire qu'ils ne savaient pas. D'élection en élection, ils assistent à la dégradation de la situation.
Et pourtant ils continuent, ils s'enfoncent. Ils ne se rebiffent même pas lorsqu'ils en ont l'opportunité.
Prenons 2 exemples:
Les enseignants ont vu leur pouvoir d'achat amputé de 30% depuis 1983 et leurs conditions de travail se détériorer. C'est une classe instruite et homogène. Ils savent qu'une grève générale illimitée, une vraie grève générale et illimitée, fera céder n'importe quel gouvernement. 10 millions d'élèves dans la rue? Impensable. Pourtant, ils ne le font pas. Leurs « grèves » sont partielles, minoritaires, inoffensives, finalement compatibles avec l’exercice de la « démocratie ».
2e exemple: Les citoyens du Finistère, certainement portés sur les valeurs du travail et de l'éthique, ont choisi en 2017 comme député un homme politique qui a fait gagner à sa femme, par un tour de passe-passe administratif, un demi-million d'euros. Pourquoi n'avoir pas donné une leçon à un politique malhonnête sans risquer un effondrement de la République (argument bidon pour défendre le parlementarisme) et qui aurait fait passer un frisson d'angoisse au sein de la classe politique ("les citoyens seraient-ils devenus lucides et courageux"?) Combien de ménages finistériens peuvent se targuer de disposer d’un patrimoine de 500 000 euros à l’issue d’une vie laborieuse ? Fascination secrète pour un « maître » qui a su et pu ?
Dans le rapport dominants-dominés, semblable aux rapports SM entre adultes consentants, le maître trouve naturellement son esclave. Sans ce dernier, pas de maître. Tocqueville : « Les tyrans sont grands parce que nous sommes à genoux ».
Plus largement, pourquoi a-t-on attendu la dernière extrémité pour se révolter enfin contre un des derniers projets qui enterre le projet social français, et pourquoi cette révolte n'est pas si massive au point d'acculer le gouvernement?
Et c'est là qu'intervient la Servitude Volontaire. Je renvoie à la lecture de son génial inventeur, un génie précoce contemporain de Montaigne.
Evidemment il n'est pas agréable de se faire traiter de serfs, surtout lorsqu'on se considère intelligent et cultivé, et surtout de serf consentant. On peut alors se réfugier derrière la "légitimité républicaine" qui fait accepter toutes les dérives sans broncher, ou si peu, ou si mollement, ou si lâchement.
Tout fonctionne comme s'il y avait une fatalité à l'obéissance du plus grand nombre. Le pire, si on peut dire, c'est que la "démocratie représentative" permet de choisir son propre tyran, pardon son dirigeant, quitte à le détester 6 mois après son élection, mais en s'y résignant en vertu de principes "démocratiques".  A la différence du "mouton qu'on mène à l'abattoir" (Octave Mirbeau, vers1880).
Le vote est une farce dont on pressent l'inanité (rappelez-vous le vote pour Macron) mais que des forces obscures poussent à s'y précipiter. Alexis de Tocqueville fut un des premiers promoteurs du suffrage universel. À ceux qui s'inquiétaient, il disait: « Le suffrage universel ne me fait pas peur, les gens voteront comme on le leur dira ». Quelle prescience!
Coluche le disait à sa manière: "Si les élections servaient à changer vraiment les choses, on ne les permettrait pas".
J'écris cela sans illusion aucune. Rien ne changera ou pas grand-chose. J'ai juste une pensée triste pour ceux qui ont affronté la barbarie policière et fait tant de sacrifices financiers, qui ont courageusement allumé la mèche de la révolution, qui se voient applaudir par la masse, mais une masse largement inerte et servile, ce qui in fine confortera le pouvoir dans sa superbe arrogance.

Jacob Cohen
Ecrivain
22 février 2020

dimanche 29 décembre 2019

Hanouka avec un Sayan Grand Maître du GODF


« Ensemble, éclairons le monde ». L’affiche ressemblait, en beaucoup plus petit, aux panneaux publicitaires géants, disséminés à travers Paris, et probablement au-delà. Aucune référence religieuse ou idéologique. Juste le nom de la fête, la photo d’un chandelier, et le slogan. Et ce slogan le ravissait.
   Pierre Schumann venait d’allumer les cinq bougies, de droite à gauche, comme on le lui avait indiqué, puis celle du haut, à part, dressée comme une vigie.
   Il y avait bien une bénédiction appropriée, mais il ne la connaissait pas, et ne tenait pas à l’apprendre. La veille, il avait assisté à l’allumage des quatre bougies, avec tout le cérémonial. Les hommes portaient la kippa, les femmes avaient mis un foulard. Sans le Bnaï Brit, il n’aurait pas su que la fête de Hanouka existait. C’était d’ailleurs la première fois qu’il allumait sa propre Ménora. Il y aurait aussi, dit-on, une bénédiction spécifique pour les premières fois.
   Cette Ménora lui fut envoyée par l’ambassade d’Israël, avec les compliments de l’attaché culturel. Un chandelier argenté, légèrement ciselé, accompagné de trois boîtes de bougies.
   Sa tête restait découverte. Seul dans son bureau de la rue Cadet. Seul avec sa conscience. Il refusait tout rituel à contenu religieux.
   La question de l’emplacement fut rapidement évacuée. Après trente années d’un mariage équilibré, il n’allait pas introduire chez lui un élément potentiel de discorde.
   Mieux même. La Ménora n’aurait pu trouver meilleur réceptacle que dans ce bureau, au milieu des emblèmes maçonniques. Dépouillée de ses aspects religieux, elle exprimait un des symboles les plus puissants de la franc-maçonnerie. C’est en cela que le slogan lui apparaissait d’une pertinence étonnante.
   « Ensemble, éclairons le monde ». Il avait punaisé l’affiche au-dessus du chandelier, lui-même posé sur la table à café. Il se tracassait déjà pour la suite. Les laisser, ou les ranger dans son casier ? C’est qu’ils étaient trois conseillers à se partager la pièce. Pierre aurait voulu les tester sur un collègue. Son argumentaire était déjà rodé.
   Quoi de plus authentiquement maçonnique que la volonté d’éclairer ? La lumière est la première chose qu’on offre au nouvel initié, lorsque le bandeau lui est retiré. Il aborde sa vie de franc-maçon en quittant les ténèbres. La lumière, c’est le refus de l’ignorance et la recherche de la vérité. La recevoir signifie le passage à l’état d’homme libre et conscient.
   Le slogan aurait pu germer dans l’esprit d’un franc-maçon, tant il collait à ses idéaux. Pourtant… Fraîchement initié aux intrigues, il connaissait les dessous de cette campagne, montée par un publicitaire affilié au Bnaï Brit, à des fins autres qu’humanistes. Et cela le gênait aux entournures.
   La conscience est une affaire bien personnelle. Pourquoi d’autres francs-maçons juifs, avec la même ancienneté, et exerçant des responsabilités équivalentes, n’y voyaient aucun inconvénient ? Ils y adhéraient avec un tel enthousiasme, on aurait dit une action civilisatrice désintéressée.
   - Ensemble, éclairons le monde.
   - Voilà ! Et que nos ennemis arrêtent de nous faire chier avec Israël.
   Pierre soupira. Pourquoi les séfarades finissent-ils par déraper vers des expressions triviales, rompant ainsi le charme des échanges élevés ? Certes, il n’était pas loin d’avoir la même réflexion. Mais devait-il le rappeler aussi brutalement ? Rappeler ces manœuvres, hélas nécessaires, mais pour la bonne cause ?
   Mais puisqu’il retombait dans ces réalités, l’autre problème, autrement plus délicat, lui revint en mémoire.
   - Moïse, as-tu déjà pris des contacts dans ton obédience, pour faire traduire les frères arabes devant la justice maçonnique ? Je dois reconnaître, cette démarche me met mal à l’aise.
   - Il ne faut pas, Pierre. Nous sommes engagés dans un combat légitime, et nous devons tout faire pour le gagner. Déjeunons ensemble cette semaine. Et on en reparlera. Maintenant, je dois te quitter. J’ai une tenue. Je t’embrasse.
   Les bougies se consumaient lentement. Le spectacle le captivait. C’étaient des bougies bleues torsadées. Il se demandait combien de temps cela prendrait. Pouvait-on les éteindre avant la fin, et éventuellement les réutiliser ? Ces scrupules l’amusèrent. Il regarda sa montre. On l’attendait pour une tenue.
   Il déplia le tablier richement décoré, à dominante jaune. On devait le désigner, derrière son dos, comme le « canari », avec ce mélange d’envie et de suspicion. C’était le lot du Conseiller de l’Ordre, ayant intégré le Saint des Saints, et traité comme un illustre dignitaire. Comme il est de bon ton de dénigrer l’arrivisme, ou la « cordonite », les francs-maçons aiment à s’interroger sur les ressorts profonds des ambitions, et forcément des intrigues inavouables, de ceux qui ont atteint ce rang.
   Les préjugés sont tenaces, même dans la frange de la population qui se veut la plus éclairée. Ce qu’on refuse d’admettre, c’est que sous les plus belles déclarations perce l’homme. Et aucune doctrine n’a jamais réussi à le rendre meilleur.
   Schumann pouvait se regarder dans une glace sans rougir. Son parcours en témoignait. Comme la plupart des profanes, il était entré en maçonnerie sur quelques idées humanistes, et en était devenu un défenseur intransigeant, intégrant également ses pratiques les plus insolites, comme le symbolisme et le rituel. Et comme la majorité des frères, il soupirait avec indulgence devant certains comportements, incompatibles avec les valeurs de l’institution. Mais ne dit-on pas que le franc-maçon est continuellement sur la voie du perfectionnement ?
   Aussi avait-il privilégié le cheminement philosophique, occupant des plateaux à dominante symbolique, et s’investissant dans les ateliers supérieurs.
   Mais parfois, le destin s’ingénie à inverser ses propres inclinations. Deux ambitions s’étaient manifestées dans son atelier pour le plateau de vénérable maître, qu’un scrutin secret aurait dû départager. Mais elles étaient si violentes, si irréductibles, que toute décision allait entraîner une crise. On lui avait alors demandé de se présenter pour pacifier la loge. Il découvrit une fonction sans pouvoir véritable mais prestigieuse, lourde de responsabilités, et qui faisait perdre la tête à des francs-maçons chevronnés.
   Représentant officiel de son atelier dans diverses instances, il fut sollicité pour intégrer une liste de candidature au Conseil de l’Ordre.
   Pierre avait aussi l’impression que le destin lui avait joué un autre tour, dans la même veine. L’hérédité religieuse n’avait été pour lui qu’un accident. Il ignorait tout du judaïsme, et se tenait éloigné de toute pratique. Mais dans les ateliers supérieurs, on se référait souvent à l’ancien testament et à la mystique juive. Ayant entendu parler d’une franc-maçonnerie juive, et croyant qu’elle était fondée sur les principes maçonniques universels, il avait adhéré au Bnaï Brit.
   Quelle désillusion ! Le Bnaï Brit était plus proche du Rotary. De philosophie ou de mystique juive, il en fut rarement question, et de façon superficielle. Les femmes faisaient assaut d’élégance, et les hommes s’enorgueillissaient de leur statut social. Et la majorité des membres étaient séfarades.
   Le plus étrange fut ce glissement progressif vers des préoccupations communautaristes, avec une pincée de religiosité, et un attachement patriotique vis-à-vis d’Israël, aussi viscéral qu’incongru.
   Son engagement était relativement récent. Il se préparait à se retirer sur la pointe des pieds, lorsqu’il fut invité par le président de sa loge « Jabotinsky ». Pierre s’y rendit sans méfiance. C’était une maison cossue du Vésinet. Il découvrit avec stupeur qu’il en était le héros. L’état-major du Bnaï Brit voulait fêter son élection au Conseil de l’Ordre du Grand Orient. On lui présenta l’attaché culturel de l’ambassade d’Israël. Il fit la connaissance d’autres francs-maçons, et de personnalités médiatiques. L’apparition de MST enflamma l’assistance. On vivait un événement historique.
   Les conversations étaient intéressantes, mais tournaient surtout autour du bonheur de partager des valeurs communes, sous-entendu juives.
   Uri Sulitzer avait vite compris l’intérêt de l’embarquer dans sa croisade. Mais l’affaire était délicate. Sa femme était une goy, et il n’avait aucun lien avec la Communauté. Sa présence au Bnaï Brit détonnait. Les témoignages évoquaient un homme assimilé, imperméable à leurs préoccupations. Aussi l’invita-t-il en Israël, avec un groupe d’intellectuels. On leur montra les plus belles réalisations du pays, et on leur fit rencontrer des hommes politiques ouverts et des écrivains de gauche. Avec un message simple. Le peuple juif était embarqué sur le même bateau. La solidarité de tous était essentielle à sa pérennité.
   Schumann en était revenu troublé. Il avait ingurgité en quelques jours le concentré d’une histoire jusqu’ici ignorée. Et cette histoire, avec ses drames et ses combats, ne lui était plus étrangère.
   La suite se passa dans le bureau de l’attaché culturel. À travers quelques photos marquantes, celui-ci lui refit un cours d’histoire. Comment rester insensible devant les souffrances séculaires, puis la lente et douloureuse renaissance de la nation juive, éprise de paix, mais toujours menacée par des ennemis irréductibles ?
   - Tous les Juifs dignes de ce nom apportent une contribution pour soutenir notre État, qui est aussi le leur, ou qui le sera un jour, conclut Sulitzer, en fixant son interlocuteur.
   - Une contribution financière ?
   Il était soulagé d’avoir son chéquier. La fréquentation du Bnaï Brit lui avait appris à quel point l’argent était primordial. Mais Uri balaya son offre, presque avec dédain.
   - Il existe d’autres manières de soutenir Israël. Pierre, laissez-moi d’abord vous dire. On ne demande pas ce genre de services à n’importe qui. Pour vous donner un exemple. Tous ceux qui étaient à la soirée le font dans la mesure de leurs possibilités.
   - Tous ? Vraiment ? Même… MST ?
   - Tous ! Et ils en sont fiers.
   - Mais comment ?
   Sulitzer se rejeta vers l’arrière, alluma un cigarillo, but du café. Son silence était calculé. L’affaire semblait dans le sac. Il lui suffisait d’abattre la dernière carte. Il se rapprocha, et déclara, avec gravité :
   - Vous ne pouvez pas vous imaginer les menaces auxquelles nous sommes confrontés, partout, même en France. C’est normal après tout. Vous vivez dans un milieu protégé. Ces menaces viennent de gens qui veulent l’anéantissement d’Israël. Oh, ils cachent bien leur jeu. Leurs critiques vont à l’encontre de notre politique. Mais leurs objectifs réels sont bien plus terrifiants.
   Pierre frissonna, presque malgré lui.
   - On ne demande pas grand-chose. Mais si dans un domaine où vous avez une certaine influence, vous pouvez nous renseigner, ou intervenir d’une certaine façon, sans que cela vous pose un problème de conscience, cela nous aidera. C’est ça, la contribution. Pour défendre notre droit à exister.
   Après tout, se dit-il, si des personnes a priori irréprochables le faisaient, pourquoi pas lui ? Que pourrait-on d’ailleurs lui demander ?
   - Je veux bien.
   - Merci. Merci infiniment. Vous êtes un vrai patriote.
   Sulitzer savourait lentement sa victoire.
   - Il y a au Grand Orient un frère d’origine palestinienne. On aimerait avoir une copie de son CV maçonnique.
   Le visiteur soupesait la requête.
   - On le soupçonne fortement d’appartenir à une organisation extrémiste. Il serait là en service commandé, pour infiltrer l’obédience. Il ne vous serait pas indifférent de le démasquer.
   Vue sous cet angle, elle ne lui parut pas si extravagante. Mais pour Sulitzer, seule importait la première collaboration. D’ailleurs les renseignement sur ce frère ne lui étaient d’aucune utilité.
   - Je crois pouvoir le faire, affirma-t-il.
   Par acquit de conscience, Pierre se renseignait régulièrement auprès du secrétariat. Le frère d’origine palestinienne poursuivait tranquillement sa vie maçonnique. Sulitzer avait dû classer l’affaire. Les Israéliens n’auraient pas causé de tort en vain.
   Les rencontres se poursuivirent, sérieuses ou mondaines. Sulitzer demandait parfois un renseignement sans grande importance. Pierre oubliait sa qualité de sayan. Jusqu’à cette demande pour le moins embarrassante.
   Intervenir sur le cours de la justice maçonnique n’était pas chose aisée. Et moralement discutable. Sans compter la faiblesse de l’accusation. Le franc-maçon dispose d’une totale liberté d’expression pendant les travaux.
   Pour la première fois, il subodorait des arrière-pensées équivoques. Surtout après le cri du cœur de Talibani : « Il faut donner une leçon à ces fils de pute ».
   Sulitzer l’avait rappelé pour expliquer ce « dérapage ».
   - Tu connais les pied-noirs. Et puis, Gilles venait de rentrer d’un voyage de solidarité en Israël. Il a vu la détresse des gens du Sud, harcelés par les roquettes du Hamas. Sous ses dehors extravagants, il cache une grande sensibilité. Il ne ferait de tort à personne.
   Plus ou moins rasséréné, il retourna à l’ambassade. L’attaché culturel avait commandé un bon déjeuner. Il le fit parler de son travail et de sa famille jusqu’au dessert. Il entra enfin dans le vif du sujet, en allumant un cigarillo.
   - Ce n’est plus le problème d’un seul franc-maçon. On n’a rien contre ce Youssef El Kouhen. Il faut replacer la question dans un contexte plus vaste. Nous sommes face à un groupe structuré, constituant le noyau d’une future loge maçonnique, fortement politisée, viscéralement antisioniste, avec des relents cachés d’antisémitisme. Si on les laisse faire, ils risquent de polluer progressivement la plupart des obédiences.
   On leur servit le café. C’était une salle réservée à certain personnel de l’ambassade. Pierre devinait des rencontres d’une particulière intensité.
   - Il s’agit de frères et de sœurs arabes, ou sympathisants de la cause palestinienne. J’ai leurs noms et leur obédience. Ainsi que le courrier envoyé à la GLMU pour solliciter la création de cette loge.
   - Pourquoi la GLMU ?
   Uri cacha son étonnement. Les rôles étaient inversés.
   - Selon la classification admise, la GLMU se voudrait une obédience progressiste et anti-impérialiste. Elle serait heureuse de les accueillir. Ces frères sont malins. Ils n’avaient aucune chance au Grand Orient ni à la Grande Loge. Notre seule chance est de les faire condamner par la justice maçonnique. On pourra alors faire pression sur la GLMU.
   Pierre venait de comprendre pourquoi les gens fumaient avec une certaine délectation. L’ambassade échappait aux lois de la République. Il fit un signe de tête, sans réelle signification.
   - Mon cher Pierre, nous sommes en guerre, et cette guerre nous est imposée. Le champ de bataille est partout. Nous ne pouvons nous permettre une défaite.
   On ne quitte pas le navire en pleine tempête. Le sort était jeté. Il avait parlé avec le Grand Orateur. Les bougies finissaient de se consumer. Il était légèrement en retard. Mais le privilège des conseillers est aussi de se faire désirer.
   Il lui avait parlé de ces incidents qui avaient bouleversé les travaux d’un paisible atelier. Le recours à la justice maçonnique, aussi excessif qu’il pût paraître, était nécessaire pour l’établissement de la vérité. Il connaissait personnellement le vénérable maître et quelques frères. Leurs témoignages lui semblaient dignes de foi. Il en appelait au Grand Orateur, défenseur suprême de la constitution du Grand Orient, pour que justice fût rendue, rapidement et dans le respect de la loi. Son interlocuteur s’était montré compréhensif. D’abord ils participaient tous deux à l’exécutif suprême. Et puis l’intervention de son collègue équivalait à une sollicitation précise, entraînant un geste de réciprocité. Schumann ne le comprenait pas autrement. Il connaissait ses ambitions. Au prochain scrutin, il votera pour lui au poste de Grand Maître.





mardi 3 septembre 2019

Holocauste: le mémorial de Marrakech


- Que pensez-vous des discussions et débats qui ont suivi la destruction du mémorial ? 

Il est heureux que l’affaire ait suscité tant de controverses, car elle n’est pas anodine. On doit cette effervescence à des militants lucides, motivés et instruits par le travail équivoque de certaines organisations soi-disant humanitaires ou apolitiques. Ces débats ont remis sur le tapis la question de la position du Maroc par rapport à Israël, au monde arabe et à l’impérialisme idéologique occidental. Pour des raisons diverses, certaines remontant à l’indépendance et d’autres pour des gains diplomatiques, le régime marocain a adopté des positions pour le moins controversées, dans le sens où elles ne se conforment plus à l’identité arabe et musulmane du pays ni aux aspirations de solidarité de la population avec le peuple palestinien.

- Selon vous, quel est le but derrière la construction du mémorial, et est-ce qu'il avait réellement des fins politiques ?

Le lobby sioniste ne fait jamais ce genre de choses sans arrière-pensées. Vous me direz c’est une ONG allemande. Le lobby avance masqué et utilise des prête-noms inoffensifs. Sur le plan historique, la décision a été prise de faire de l’holocauste, à partir des années 70, une histoire universelle pour contrer l’image désastreuse d’un Israël conquérant. L’holocauste permet aussi de faire l’ « antisémitisme » soi-disant renaissant un instrument de dissuasion de toute critique contre l’occupation et la colonisation sionistes. La construction de mémoriaux à travers le monde, même dans des pays qui n’ont rien à y voir (dernier en date le Brésil), participe de cette offensive.


- Est-ce normal qu'un tel projet soit construit au Maroc, surtout que les Marocains ne se sentent pas concernés, en grande partie, par la tragédie qui s'est passée en Europe?

Le Maroc est malheureusement devenu le terrain de jeu favori d’Israël au sein de monde arabe. Et cela ne date pas d’aujourd’hui. Le régime sioniste a ainsi acquis une certaine légitimité, quasiment une reconnaissance et des alliances à peine secrètes, avec d’autres pays arabes, grâce à l’entremise marocaine, et ce alors que son emprise coloniale sur ce qui reste de la Palestine ne laisse aucune chance à une solution pacifique. Certaines personnalités judéo-sionistes « marocaines » proches du pouvoir veulent obliger les Marocains à se sentir concernés par un crime historique européen au détriment d’autres formes de solidarités arabes et africaines. Ces personnalités bien connues que j’estime être des collaborateurs du Mossad ont lancé en 2012 le Projet Aladin pour faire de l’holocauste européen une affaire nationale marocaine. C’est fallacieux et indécent. Ces pratiques ne servent que les intérêts de l’ennemi implacable de la nation arabe.


- Qu’elle aurait été selon vous, la valeur ajoutée de la construction d'un tel mémorial pour les Marocains ?

La construction d’un tel mémorial, qui aurait plus tard été embelli et agrandi (le lobby sioniste a des moyens financiers illimités) aurait pu devenir un lieu de pèlerinage et potentiellement touristique. Certains intérêts auraient pu se frotter les mains d’une telle aubaine. Mais en dehors de ce point particulier qui aurait pu créer quelques dizaines d’emplois, je ne vois rien de positif. On aurait vécu dans une communauté internationale apaisée où la justice entre les peuples régnerait, passe encore. Mais dans la conjoncture actuelle de la domination outrancière de l’alliance américano-sioniste (que de pays arabes détruits, soumis et humiliés) un tel mémorial aurait été une blessure, une marque d’infamie, infligée à notre pays.


Interview sur le Mémorial de l'holocauste près de Marrakech



What are the intentions of building a Holocaust memorial in Marrakech?

De manière générale, le lobby sioniste mondial poursuit sa politique de construction de mémoriaux partout où cela est possible, le dernier ayant été érigé au Brésil qui n’a rien à voir avec l’Holocauste. Pour montrer au monde combien le peuple juif a souffert et combien l’antisémitisme est un phénomène à éradiquer. L’antisémitisme étant assimilé à toute critique contre Israël. Avec le Projet Aladin, le Lobby sioniste tente depuis une dizaine d’années de faire reconnaître l’Holocauste par le monde arabe. Le Maroc est le seul pays arabe pour le moment (et on peut en deviner les raisons) grâce aux pressions d’André Azoulay à commémorer l’Holocauste. Journée de la Shoah à Ifrane, exposition à Marrakech. La prochaine étape était la construction d’un mémorial à Marrakech, toujours dans le but d’imposer à la société marocaine une tragédie avec laquelle elle n’a rien à voir et pour la conditionner en faveur d’Israël.

- Why did the destruction of this memorial was followed by accusations of Anti-semitism, in some Israeli news outlets?
C’est classique. Et c’est l’illustration que derrière toute manifestation de l’Holocauste il y a des raisons inavouables de propagande. L’antisémitisme est très mal vu à cause de la seconde guerre mondiale. Donc Israël et le Lobby juif sortent l’antisémitisme dès qu’il y a la moindre critique. Les sionistes utilisent cet argument depuis plus de 50 ans. En disant que c’était de l’antisémitisme de détruire le mémorial, on veut culpabiliser les autorités marocaines de commettre un crime antisémite donc odieux. Dans la nouvelle définition de l’antisémitisme qui s’impose peu à peu dans le monde figure la critique conte Israël. L’ « antisémitisme » est le joker de la propagande sioniste.

- Don't you think that similar to the Holocaust memorial use as a way of normalazing the relations with Israel, some Holocaust deniers use the destruction of this memorial to say that Morocco is not concerned with remembring Holocaust horrors?
Le problème c’est qu’on met sur le dos des opposants au mémorial un refus de toute empathie, de toute sensibilité historique. Le Maroc peut être concerné par une tragédie humanitaire juive comme par d’autres tragédies. Le problème n’est pas là. Les opposants, enfin ceux qui sont politiquement conscients et à qui je me suis adressé en janvier 2019 savent que le problème n’est pas humanitaire mais politique. Pourquoi aucune autre tragédie humanitaire (le massacre total des peuples indiens, la traite des noirs sur 3 siècles, etc.) ne fait l’objet d’aucune commémoration ? Pourquoi seulement l’Holocauste ? Pourquoi pas le nettoyage ethnique de la Palestine et la destruction socio-culturelle de tout un peuple ? Les opposants dénoncent à juste titre les manipulations politiques qu’il y a derrière ce mémorial et ces commémorations.

 - Is Morocco concerned with building a memorial about a crime that happened in Germany, in the Eauropean continent, knowing that it treated its jewish citizens in a totally different way?
Le Maroc n’a pas à être concerné par ce qui s’est passé en Allemagne. Je vais vous dire pourquoi le Maroc le fait. Parce que depuis son indépendance et surtout depuis Hassan 2 le Maroc s’est aligné sur l’Amérique et l’Occident, a accepté que le Mossad agisse librement au Maroc, à accueilli 2 dirigeants sionistes en 1986. Le Maroc ne peut rien refuser à Israël, parce qu’il pense que le soutien du lobby juif lui permettra d’obtenir le soutien américain pour le Sahara occidental. Alors quand on ordonne au Maroc de célébrer l’Holocauste, le Maroc ne peut pas dire non. C’est quelque chose qui ne peut jamais arriver dans un autre pays arabe.

- What do you think of the discussion about criminalising any normalization with Israel, knowing that a very big part of Moroccan jews abroad, live in Israel? 
Il n’y a pas de rapport entre la criminalisation de la normalisation avec Israël et les nombreux juifs marocains qui vivent en Israël. C’est un mythe de croire que ces juifs gardent quelque lien avec le Maroc. A part quelques vieillards en voie de disparition, les descendants des juifs marocains sont ultra-sionistes, nationalistes, militaristes et anti-arabes. D’accord certains font un pèlerinage mais ça s’arrête là. Criminaliser la normalisation avec le régime sioniste, et on a de très bonnes raisons de le faire, est un devoir de tout patriote arabe. Oubliez les juifs marocains partis en Israël et ailleurs. Malheureusement c’est de la vieille histoire.