mardi 13 novembre 2012

Les SAYANIM du barreau du Val d'Oise imposent le sionisme comme critère d'admission

EN FRANCE, POUR DEVENIR AVOCAT, IL FAUT SE SOUMETTRE AU LOBBY ET A L'IDEOLOGIE SIONISTES
Depuis décembre 2011, Alima BOUMEDIENE THIERY a déposé sa demande d’inscription au barreau des avocats du Val d’Oise celle-ci lui est refusée malgré ses diplômes universitaires (Deug, Licences, Maîtrises, DEA et DESS, doctorat), sa formation de juriste et son expérience de 12 ans de parlementaire tant au Parle

ment Européen qu’au Sénat.

Que lui reproche le Conseil de l’Ordre des avocats du Val d’Oise pour lui opposer ce refus?

Le Mémoire déposé par le Bâtonnier représentant l’Ordre des Avocats du Barreau du Val d’Oise ne remet pas en cause les conditions juridiques nécessaires à son inscription.
Néanmoins il indique que l’intéressée
“exerce un militantisme efficace dans le cadre des ses activités politiques lequel apparaît contraire à l’honneur, à la probité, aux bonnes murs et aux respects des principes essentiels de dignité et de modération”.
Les actions pacifiques de boycott sont qualifiées
“d’opérations de commando invitant les clients à boycotter tous les produits venant d’Israël au nom de l’anti-sionisme”. L’appel au boycott des produits venant d’Israël est invoqué comme une incitation à la discrimination. Il convient de noter l’utilisation du terme “commando” par le Conseil de l’Ordre !!!

Le Conseil de l’Ordre des Avocats du Val d’Oise considère que,
“même si ces faits n’ont pas été suivis de condamnation, il apparaît clairement que les missions engagées par Mme Alima BOUMEDIENE THIERY sont contraires aux principes de modération, de dignité et de probité. et que ces agissements peuvent être constitutifs de qualifications pénales”, bien que la Cour d’Appel de Paris ait confirmé que “le soutien au boycott pour des motifs politiques ne caractérise en aucun de ses éléments le délit de provocation à la discrimination, la haine ou la violence”. Ainsi, la Cour relève que “la critique pacifique de la politique d’un Etat relevant du libre jeu de débat politique, se trouve, aux termes de la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, au cur même de la notion de société démocratique”.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire