mardi 3 septembre 2019

Holocauste: le mémorial de Marrakech


- Que pensez-vous des discussions et débats qui ont suivi la destruction du mémorial ? 

Il est heureux que l’affaire ait suscité tant de controverses, car elle n’est pas anodine. On doit cette effervescence à des militants lucides, motivés et instruits par le travail équivoque de certaines organisations soi-disant humanitaires ou apolitiques. Ces débats ont remis sur le tapis la question de la position du Maroc par rapport à Israël, au monde arabe et à l’impérialisme idéologique occidental. Pour des raisons diverses, certaines remontant à l’indépendance et d’autres pour des gains diplomatiques, le régime marocain a adopté des positions pour le moins controversées, dans le sens où elles ne se conforment plus à l’identité arabe et musulmane du pays ni aux aspirations de solidarité de la population avec le peuple palestinien.

- Selon vous, quel est le but derrière la construction du mémorial, et est-ce qu'il avait réellement des fins politiques ?

Le lobby sioniste ne fait jamais ce genre de choses sans arrière-pensées. Vous me direz c’est une ONG allemande. Le lobby avance masqué et utilise des prête-noms inoffensifs. Sur le plan historique, la décision a été prise de faire de l’holocauste, à partir des années 70, une histoire universelle pour contrer l’image désastreuse d’un Israël conquérant. L’holocauste permet aussi de faire l’ « antisémitisme » soi-disant renaissant un instrument de dissuasion de toute critique contre l’occupation et la colonisation sionistes. La construction de mémoriaux à travers le monde, même dans des pays qui n’ont rien à y voir (dernier en date le Brésil), participe de cette offensive.


- Est-ce normal qu'un tel projet soit construit au Maroc, surtout que les Marocains ne se sentent pas concernés, en grande partie, par la tragédie qui s'est passée en Europe?

Le Maroc est malheureusement devenu le terrain de jeu favori d’Israël au sein de monde arabe. Et cela ne date pas d’aujourd’hui. Le régime sioniste a ainsi acquis une certaine légitimité, quasiment une reconnaissance et des alliances à peine secrètes, avec d’autres pays arabes, grâce à l’entremise marocaine, et ce alors que son emprise coloniale sur ce qui reste de la Palestine ne laisse aucune chance à une solution pacifique. Certaines personnalités judéo-sionistes « marocaines » proches du pouvoir veulent obliger les Marocains à se sentir concernés par un crime historique européen au détriment d’autres formes de solidarités arabes et africaines. Ces personnalités bien connues que j’estime être des collaborateurs du Mossad ont lancé en 2012 le Projet Aladin pour faire de l’holocauste européen une affaire nationale marocaine. C’est fallacieux et indécent. Ces pratiques ne servent que les intérêts de l’ennemi implacable de la nation arabe.


- Qu’elle aurait été selon vous, la valeur ajoutée de la construction d'un tel mémorial pour les Marocains ?

La construction d’un tel mémorial, qui aurait plus tard été embelli et agrandi (le lobby sioniste a des moyens financiers illimités) aurait pu devenir un lieu de pèlerinage et potentiellement touristique. Certains intérêts auraient pu se frotter les mains d’une telle aubaine. Mais en dehors de ce point particulier qui aurait pu créer quelques dizaines d’emplois, je ne vois rien de positif. On aurait vécu dans une communauté internationale apaisée où la justice entre les peuples régnerait, passe encore. Mais dans la conjoncture actuelle de la domination outrancière de l’alliance américano-sioniste (que de pays arabes détruits, soumis et humiliés) un tel mémorial aurait été une blessure, une marque d’infamie, infligée à notre pays.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire