jeudi 4 juillet 2013

COUP D’ÉTAT EN EGYPTE. REGARD SUR LE MONDE ARABE.


 Ce qui s’est passé en Egypte est d’abord un coup d’État, c’est-à-dire un renversement par la force des institutions démocratiques, suivi par l’arrestation arbitraire des principaux responsables, légitimement élus.

 On peut bien sûr épiloguer sur la dérive « islamiste » du pouvoir et de la nécessité d’y mettre un terme. Au nom de certaines valeurs tout à fait honorables et qui définissent une société démocratique et évoluée. Ces valeurs que l’Occident souffle aux oreilles des Arabes qui se disent et se veulent progressistes. Pourquoi pas ? Sauf que :
 Depuis 2 siècles, l’Occident n’a eu de cesse d’occuper, d’exploiter et d’humilier
la Nation arabe. De créer des États artificiels comme le Koweït ou la Transjordanie pour s’accaparer de richesses ou placer un roitelet servile. Et une fois les « indépendances » octroyées, de soutenir des régimes dictatoriaux et corrompus pour garder la haute main sur tous les pays de la région.

 Enfin l’Occident a créé, développé et armé Israël pour servir de chien de garde et briser toute tentative d’émancipation et de développement autonome de tout pays arabe. Rappelez-vous comment l’Egypte de Gamal Abdel Nasser a été humiliée, écrasée et défaite, parce que le Raïs avait osé nationaliser le Canal de Suez et appeler à l’unité et à la résistance. L’Egypte actuelle est réduite à demander l’aumône de l’Amérique et des monarchies du Golfe, et à respecter les injonctions du régime sioniste. Moubarak a été un superbe toutou pendant 30 ans. Mais « respecté » par les dirigeants du monde. Que de fois Israël lui a décerné un certificat de bonne conduite ! Ah, quelle perte !

 Ces « valeurs » dont se gausse l’Occident, elles ne sont pas pour les bougnoules. Malgré les gesticulations pathétiques de beaucoup d’Arabes. Le Maroc, comme d’autres pays, disposait après l’indépendance d’une classe politique et intellectuelle désireuse de mener la société vers la justice, l’alphabétisation, le parlementarisme, le combat anti-colonial, etc. Mais Hassan II, avec la bénédiction de la France et de l’Amérique, a détruit toutes les forces progressistes et élevé la corruption au rang de valeur absolue. Sa fortune est bien gardée dans les coffres occidentales. Et le pays est devenu une chasse gardée du Mossad. On pourrait dresser le même constat pour les autres pays. Mais que l’un d’entre eux osât briser le joug impérial, et la vengeance s’abat sur lui avec une terreur telle que la leçon a bien été retenue. Avec la complicité et la honte des États « frères ». Je veux bien sûr parler de l’Irak. C’était pourtant un État laïc où la femme était libérée. Quelle parodie ! L’Occident se fiche éperdument de la femme arabe. Comment cette entourloupe échappe-t-elle encore aux esprits éclairés ? Prenez la situation de la femme en Arabie Saoudite. Vous faut-il un dessin ? Pourtant, nos médias et nos politiques sont d’une discrétion touchante. Parce que c’est un pays aux ordres. L’Occident adore l’Arabie Saoudite. Sa stabilité. C’est-à-dire l’immobilisme d’une monarchie ventrue, pourrie jusqu'à la moelle, veule, insipide, machiste, collaborant même avec les sionistes, envoyant ses tanks mater la révolution au Yémen et à Bahreïn. Tenez ! Où sont ces voix qui hurlent à la démocratie ? Les Saoudiens qui tranchent les têtes au sabre en place publique. Les mêmes Saoudiens, hypocrites et menteurs, qui avaient transformé Casablanca dans les années 80 en lupanar pour consommer l’alcool, les putes et double prime pour les vierges nubiles. Les autorités locales avaient la reconnaissance du ventre, en leur offrant un terrain de 3 hectares sur la Corniche, où ils ont construit un palais pour leurs orgies et une.. Mosquée.

 Pour une fois, une fois en 60 ans, qu’un pays arabe sur 22 avait élu ses dirigeants de façon démocratique, et c’en est déjà trop au bout d’une année. On fait appel aux militaires pour rétablir la démocratie, et on glorifie leur action. Des militaires dont la fine fleur est formée (formatée) dans les académies US, qui ont régné sans partage pendant 40 ans, fait main basse sur l’économie égyptienne, amassée des fortunes planquées dans les paradis fiscaux, signé une paix séparée avec l’ennemi sioniste et lui livrant la Palestine, se soumettant aux instructions d’Israël pour briser la résistance des Gazaouis, acceptant l’aide américaine (le 1/3 que reçoit Israël pour une population 10 fois supérieure) qui met le pays à la merci du bon vouloir et du chantage occidental.

 C’est vrai, où en avais-je la tête ? Il y avait paraît-il une islamisation rampante. Quelle horreur ! On n’aurait pas pu attendre les prochaines élections ? La volonté du peuple exprimée démocratiquement ne signifie plus rien ? Personnellement je n’ai aucune inclination particulière pour les sociétés religieuses. Mais le recours à la religion aujourd’hui a ses raisons. L’Occident ressort l’argument de l’islamisation lorsque cela lui convient et de la manière qui l’arrange. Ce qui le dérange, l’Occident, ce n’est pas tant l’islamisme que sa prétention à retrouver la dignité d’antan, à rejeter l’emprise impériale et la mainmise sioniste sur le destin de la Nation arabe. Cet islamisme-là, il faut l’éradiquer. Il fait peur. Il donne de mauvaises idées. Au Maroc par exemple, il y a les « bons » islamistes comme ceux du PJD qui acceptent la suprématie royale et le pillage de l’économie en partageant le gâteau, et les « mauvais » islamistes de Al-Adl wa Ihsane, que l’on combat avec les méthodes de Hassan II : disparitions, tortures, condamnations expresses, parce qu’ils font de l’alphabétisation et créent des ateliers de couture et d’informatique. Suppléant les carences de l’État.

 J’aimerais en conclusion que les peuples arabes se libèrent, à leur manière et sans ingérence extérieure, de l’emprise impérialo-sioniste, et se développent dans la liberté et la dignité.

Jacob Cohen

12 commentaires:

  1. enfin , un Homme libre ce Jacob..!

    RépondreSupprimer
  2. Rien à ajouter à votre commentaire J. Cohen...
    Comme vous je suis pour la séparation de la religion de la chose publique mais si une organisation accède aux commandes - religieuse soit-elle - d'un pays d'une manière démocratique, ce choix doit être respecté et combattu politiquement. J'ajoute que les militaires en Égypte sont à la tête d'intérêts qui sont comparable à cette pieuvre nommée ONA qui permettait à Hassan II d'abord et ensuite à M6 d'avoir la mainmise sur les richesses du MAROC.
    Et ce joker prix Nobel de la XIAP qui devient premier ministre, les naïfs ne vont pas tarder à comprendre son rôle en faveur du ramassis d'assassins à la tête de l’État qui occupe la PALESTINE...

    RépondreSupprimer
  3. Contribution au débat 1/2 au-delà de l'Egypte :Quand la barbarie se présente comme modèle de civilisation…
    Les nations dites démocratiques et civilisées ont toujours cherché et souvent fabriqué des ennemis commodes pour justifier les interventions qui leur permettent de garder la mainmise sur les richesses du monde et de maintenir des peuples sous domination directe ou indirecte par l’intermédiaire de potentats locaux qui jouent le jeu de la soumission en contre partie de certains privilèges et d’une protection.
    Aujourd’hui l’alibi utilisé à toutes les sauces est :
    « Le TERRORISME » essentiellement vert, entendez islamiste…
    Pour mémoire voici ce que disait le journaliste Mario Benedetti dans « El Païs » (Edition internationale) du 17 septembre 1990, déjà.
    « … Sur les 180 interventions réalisées jusqu’à maintenant par les Etats-Unis ( soit plutôt plus que celles menées au cours des siècles par Gengis-khan, Alexandre le Grand, Jules César, Hernan Cortès, Napoléon, Hitler, Mussolini et Staline tous réunis ), près de la moitié concerne des pays d’Amérique Latine… »
    On voit bien que dans cette région du monde —qui a su résister à la domination nord-américaine et réussi à mettre le yankee dehors, comme c’est le cas dans plusieurs pays d’Amérique-latine —l’Islam n’a pas d’influence réelle sur la population… Par contre les citoyens de ce continent ont eu à subir les atrocités de fascistes et nazis, fuyants l’Europe, qui ont bénéficié d’une complicité et d’une protection de la part des Etats impérialistes. Protection en contre partie d’un recyclage de leur savoir faire en matière de répression et de torture pendant des décennies, famille VIDELA (d’origine italienne) en Argentine et famille STROESSNER (d’origine allemande) au Paraguay pour ne citer que ces deux cas.
    Grâce à une propagande diffusée par des médias aux ordres, à des intellectuels et hommes de sciences qui ont monnayé leur conscience…, ces barbares civilisés se sentent tellement libres pour pousser encore plus loin leur cynisme en osant traiter les pays qui leur tiennent tête d’Etats voyous et considérer les mouvements et organisations qui leur résistent de barbares, de fascistes voire même de nazis… Pourtant :
    HITLER était allemand d'origine autrichienne
    MUSSOLINI italien de confession chrétienne
    FRANCO espagnol... allié des nazis allemands et des fascistes italiens et que
    SHAMIR, SHARON et NETANYAHOU sont juifs sionistes-israéliens
    BUSH-père est américain et boucher des peuples, notamment Irakien et que
    BUSH-fils est non-seulement un boucher bis mais également un président bon à rien.

    RépondreSupprimer
  4. suite et fin 2/2
    Quant à « l’esclave » volontaire, OBAMA qui a promis de mettre un terme à la guerre et aux horreurs qui vont avec, GUANTANAMO notamment…, il se contente de son prix Nobel de la XIAP pour couvrir et mieux servir les lobbies va-t-en guerre. Toutes ces atrocités resteront à jamais comme une tâche au front de « la plus grande démocratie du monde » et de ses alliés/complices.
    Les bombes américaines et autres seraient-elles si propres pour ne commettre que des crimes civilisés?!
    Le problème n'est pas « culturel » ou relevant d'un « choc des civilisations », comme on veut nous le faire avaler, il est à chercher dans l’origine du tous les maux : cet entêtement fou visant à sacrifier la vie de milliards d’humains pour le profit de quelques-uns.
    Comment des citoyens pourtant avertis peuvent-ils accepter ou se laisser prendre, aujourd’hui encore, par la propagande de la « puissance » qui a commis toutes ces horreurs et autres boucheries au Vietnam, à Hiroshima et Nagasaki… ; qui espionne le monde entier… Comment continuer à qualifier cet Etat de démocratie ?!
    Pire d’accepter qu’elle soit présentée comme modèle de progrès et de civilisation et de donner la moindre importance ou un quelconque crédit à sa soi-disant liste de pays soutenant le « terrorisme »?!
    Quant aux « fiers d’appartenir à la patrie des droits de l’Homme » qui vont jusqu’à trouver un caractère positif à son passer colonial, approuver son présent néocolonial, trouver normal d’établir des rapports fructueux avec des régimes répressifs, fondamentalistes et réactionnaires et saluer la soumission et allégeance des gouvernants de droite et de gauche au CRIF ( Conseil Représentant Israël en France), ce vulgaire portevoix du ramassis d’assassins et de psychopathes à la tête de l’Etat qui occupe la Palestine ; quant à ces fiers donc est-il vraiment nécessaire d’aller au-delà de ce constat pour ajouter le moindre commentaire ?
    Il est temps pour chacun(e) de prendre ses responsabilités et de cesser de croire que les compromis et la modération auront plus de chance d’améliorer les choses et de faire aboutir les revendications.
    Ces puissances criminelles qui pratiquent un TERRORISME d’Etat, elles, ne prennent pas de gants ; elles apprécient, encouragent énormément ces manières passives de revendiquer et vont jusqu’à subventionner des campagnes nationales et internationales de faire semblant d’agir et de charités institutionnalisées qui contribuent à semer la passivité et à donner l’illusion que demain il fera beau…

    Hamid Benzekri

    RépondreSupprimer
  5. mehdi mountather8 juil. 2013 à 13:36:00

    L'application de la charia islamique est un ordre d'ALLAH pour les gouvernements de monde entier satan et ces amis contre ces meilleurs amis ces généraux égyptiens arabes et leurs sympathisants imaginer le coran n'est pas en arabe 100%des cannibales ils ont dépasser leurs idoles pharaon la fin de pharaon par un tsunami c'est loin le tsunami de Japon 2011 aujourd'hui ALLAH extermine ces pays arabes leurs généraux leurs marionnettes Gia Qaida Aqmi par des volcans tsunamis forts séismes déluge crash d'avion l'Arabie saoudite et l'Iran les vrais ennemis de l'islam pire qu'israél les pays qui ont adopter le mariage gay ne seront pas épargner par ces cataclysmes qui vivra verra un arabe sans coran pire qu'un chien enragé la preuve Bachar assed Kadafi Nezar Chakib khalil

    RépondreSupprimer
  6. On peut dire que Morsi a été élu démocratiquement, mais la démocratie étant un mythe globalement malefique ....


    “ L’erreur ne devient pas vérité parce qu’elle est approuvée par beaucoup” (Gandhi)

    « Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont forcément raison .» (Un très grand philosophe français, avec au moins une bonne lecture, mort prématurément d'un bête accident de moto).

    « Ceux qui regardent le vote universel comme une garantie de la bonté des choix se font une illusion complète. » Alexis de Tocqueville

    « Dès que nous disons le mot « démocratie » pour nommer notre mode de gouvernement qu’il soit américain, allemand ou français, nous mentons. La démocratie ne peut jamais être qu’une idée régulatrice, une belle idée dont nous baptisons promptement des pratiques très diverses. Nous en sommes loin, mais encore faut-il le savoir et le dire .» (Feu Alain Etchegoyen, ex-patron du Commissariat général au Plan dans « La démocratie malade du mensonge » )

    « Nous sommes victimes d'un abus de mots. Notre système (les « démocraties » occidentales) ne peut s'appeler « démocratique » et le qualifier ainsi est grave, car ceci empêche la réalisation de la vraie démocratie tout en lui volant son nom. » Serge-Christophe Kolm

    « La démocratie c'est le nom volé d'une idée violée. » Jean-Pierre Martin

    Etc., etc.

    « …. .mais encore faut-il le savoir et le dire »

    Me permettez-vous de le dire, de le redire et de le dire encore, ici et ailleurs, dans un but constructif ?

    RépondreSupprimer

  7. Cher Monsieur Jacob Cohen,
    Je vous apprécie et vous remercie pour cet article (ce que j'apprécie souvent le plus dans vos interventions c'est quelles me donnent des informations concrètes sur le Maroc qui est un des pays arabes que je connais le moins). Cependant quelques remarques sur des points de départ, qui ressemblent à un reproche ou du moins, un désaccord.
    Et pour me faire le mieux comprendre -je l'espère- je choisis de commencer par la fin pour revenir au début.
    Vous dîtes en conclusion : " J’aimerais en conclusion que les peuples arabes se libèrent, à leur manière et sans ingérence extérieure, de l’emprise impérialo-sioniste, et se développent dans la liberté et la dignité."
    Fort bien, outre que cela peut paraître, hélas, un vœu bien pieux, justement au regard de l'emprise impérialo-sioniste qui pèse sur eux si lourdement et qui est renforcée par l'ingérence (on dirait bien de plus en plus massive) de propres pays-agents 'indigènes' de cet impérialo-sionisme dans monde arabe (et notamment par cet "islamisme" largement importé et sectaire (?) qui déchire actuellement le monde musulman -je veux parler plus essentiellement du Qatar et de l'Arabie Saoudite- ,si donc, tel est notre vœu, la première ingérence dont nous devons nous garder, c'est de parler à leur place !!
    Et là je reviens à votre introduction.
    " Ce qui s’est passé en Egypte est d’abord un coup d’État, c’est-à-dire un renversement par la force des institutions démocratiques, suivi par l’arrestation arbitraire des principaux responsables, légitimement élus."
    Le peuple égyptien ne s'est pas réveillé un beau matin en apprenant par la radio qu'un coup d'Etat d'un quarteron de militaires avait renversé Morsi !?
    Ils étaient 30 millions à être descendus dans les rues de toute l'Egypte avec une seule demande "Morsi dégage" (je ne sais pas si c'est le chiffre exact, mais en tout cas d'après tous les témoins c'était la plus importante manifestation qu'avait connu l'Egypte). Ce président 'légitime' avait été lâché par tous ses ministres. Il lui a été demandé de démissionner dans la dignité, mais s'arque-boutant à son "pouvoir légitime" (???), au pouvoir tout court, il s'y est refusé obstinément ; dans cette conjoncture, où l'impasse semblait totale il a été destitué par l'armée et dans la conjoncture actuelle de l'Egypte, qui d'autre pouvait le faire ?
    Que nous soyons inquiet sur la 'prise de pouvoir' par l'armée et pour la suite est une autre question et nous ne sommes pas les seuls : beaucoup d'Egyptiens parmi les 30 millions à réclamer le départ du pouvoir de Morsi et des Frères musulmans, aussi ! Ils doivent se douter qu'ils auront encore à descendre dans la rue et que le processus de la 'révolution' n'est pas terminé (l'emprise impérialo-sioniste qui ne veut pas perdre l'Egypte et qu'elle tient sous dépendance économique apparemment totale, est toujours terriblement présente…).
    Ne pas parler à la place des Egyptiens, et en premier, ne pas faire l'impasse sur la voix de ces 30 millions qui sont sortis pour exiger le départ de M. Morsi. C’est le premier des respects.
    Et quant on décrète –vous n’êtes pas le seul- qu’il s’agit d’un coup d’Etat, s’alignant du même coup sur la position de protestation ‘légitimiste’ des Frères musulmans, le fait-on ? Je ne crois pas : le message en est un au départ de désaveu ou de condamnation implicite, ou pire, ‘Vous comptez pour du beurre’, ‘On ne vous a pas entendu’, ‘On sait mieux que vous ce dont il s’agit’. En fait, nous continuons à donner les définitions ?
    Ferons-nous la même chose avec les Tunisiens qui viennent d’être frappés en 6 mois de temps par l’assassinat sauvage de deux leaders de l’opposition laïque si s’amplifie la révolte et l’exigence du départ d’Ennahda et du ‘triumvirat’, au nom d’une ‘légitimité démocratique » (de toute façon, même à ce niveau de plus en plus discutable) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Monsieur,
      C'est tout le processus démocratique qui est remis en cause. Il aurait fallu attendre les élections pour changer de gouvernement. Est-ce qu'on a exigé de Sarkozy qu'il parte parce qu'il était impopulaire? Et faites-vous confiance à cette armée égyptienne qui s'est accaparée le pouvoir depuis 60 ans avec toutes les dérives que l'on connaît et qui a fait main basse sur l'économie du pays et qui collabore étroitement avec Israël?
      PS. Vous avez choisi 2 ou 3 extraits de mon texte en "oubliant" de lire le reste.

      Supprimer
    2. Cher Monsieur Cohen,
      Je suis une dame et rassurez-vous, j'ai lu tout votre article que je vous dis par ailleurs avoir apprécié. Si j'ai choisi d'exposer mon désaccord avec une analyse et une définition de base des derniers évènements en Egypte - qui est en passe de devenir une doxa officielle occidentale, en tout cas chez nous en France, de gauche comme de droite - en prenant des citations à la fin et au début, c'est que j'ai pensé que c'était-elles et de cette façon, que je pouvais peut-être le mieux éclairer ce que je voulais exprimer. (j'aurais peut-être pu faire plus, mais j'avais quand même déjà été assez longue !!).
      Printemps arabes ? C'est un 'printemps salafiste' que l'on a préparé pour les peuples, vite fait bien fait à la faveur du 'processus démocratique' (Qatar, Arabie Saoudite et puissances occidentales) qui devait clore leur 'révolution'; fort bien, mais les peuples se sont réveillés avec la gueule de bois (ne parlons pas du 'printemps' que l'on a servi à la Libye et que l'on continue de servir à la Syrie avec toujours les mêmes protagonistes alliés "islamistes" -les mêmes par ailleurs que l'on combat au Mali). les peuples se sont réveillés, et pour parler plus spécifiquement de l'Egypte et de la Tunisie, avec un sentiment d'urgence et de menaces très concrètes, justement pour la démocratie de leur société, en plus de la catastrophe économique, pour ne parler que de l'Egypte, vers laquelle Morsi était entrain, on pourrait presque dire structurellement, de la conduire.
      En ce qui concerne l'armée en Egypte, elle a un poids, c'est exact, considérable et même prépondérant dans la société égyptienne. Ceci ne peut pas être changé du jour au lendemain et n'est même pas forcément souhaitable sans transition. Entre puissance économique et nationalisme, parfois c'est vrai surtout de façade, elle a des contradictions : elle a donné Nasser et Sadate... Enfin, moi j'ai envie de faire confiance aux Egyptiens et aux possibilités de transition de leur société (politiquement -et dans les cafés !- ça bouillonne en Egypte), même si cela ne sera pas un long fleuve tranquille...
      Bien à vous,
      Marie-Christine

      Supprimer
  8. Désolée, car je suis une dame, je vous avais fait une longue réponse, mais au moment de la publier, une mauvaise manipulation l'a fait disparaître !! C'est décourageant, mais je ne peux pas recommencer...
    Cordialement,
    Marie-Christine

    RépondreSupprimer

  9. Eh bien non, ma réponse n'avait pas disparue !! Je le constate à l'instant : je vais essayer une icone qui sourit, mais je ne suis pas sûre qu'elle va fonctionner sur votre blog ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Dans le Monde diplomatique du mois d'août, il y a un très bon article d'Alain Gresh sur l'Egypte. Je vous en conseille la lecture.
      Cordialement.

      Supprimer